Articles

Fermer Star Wars en BD

Fermer Mike Oldfield

Fermer Jeux SW Vintage

Fermer Infos diverses

Quelques amis

forums SWU

animint

TubularNet

Star Wars Universe

Join 4Shared Now!

 

Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 8 membres


Connectés :

( personne )
Les visiteurs

   visiteurs

   visiteur en ligne

Blog

Tous les billets

La figurine Princesse Leia - par Manu

1978 : la figurine “Princesse Leia”
1978… Commençons par planter le décor. C’est dans les illustrés jeunesse de mars 1978 qu’on vit apparaître les premières publicités pour les jouets “La Guerre des Étoiles”. Il s’agissait essentiellement de figurines, qu’on appelait d’ailleurs pas encore ainsi. Autrefois, on disait juste des “personnages”. Et elles étaient alléchantes, ces publicités ! Vraiment superbes ! Douze personnages, avec leurs armes, étaient à notre disposition dans tous les bons magasins. Bon, Luke et Vador avaient un sabre laser cassé sur la photo, Solo avait sa petite tête des premiers jours, il manquait le jawa et l'homme des sable, mais bon...


Image                                            Image

Petite digression : dans les années 70, il n’y avait en gros que trois moyens d’acheter des jouets : les magasins de jouets proprement dit, les grandes surfaces et les catalogues de vente par correspondance. Car soyons clairs, ces figurines Star Wars n’était pas encore ces pièces de collection vendues à pris d’or en magasin spécialisé, ce n’était “que” de vulgaires jouets, sans noblesse particulière. Or voilà où se situait la difficulté : les magasins de jouets étaient rares, seulement situés dans les grandes villes, et en général les prix y étaient fort élevés. A Nancy, il ne devait pas y en avoir plus de deux ou trois et ils tournaient au ralenti en dehors des périodes de Noël. Les grandes surfaces, quant à elles, ne possédaient un rayon jouets digne de ce nom qu’à partir de novembre. Enfin la vente par correspondance, en gros limitée à deux grandes enseignes situées du côté de Roubaix-Tourcoing, ne proposait des jouets que dans les catalogues automne-hiver, et pour commander il fallait attendre le bon vouloir des parents ou posséder soi-même un carnet de chèque, ce qui n’était pas gagné quand on avait 12 ans. On ne commandait pas comme aujourd’hui, à l’époque, et il fallait attendre d’avoir pas mal de trucs à acheter pour passer par courrier une commande dûment réfléchie, justifiant les frais de port exorbitants. Donc, comment diable trouver des jouets qui sortaient en magasin au printemps ? En général, pour obtenir des jouets, il fallait attendre soit Noël, soit un anniversaire, soit sa “fête”, et en dehors de ces dates, on n’avait pas trop l’occasion d’en avoir sauf grand événement. Il restait encore l’option argent de poche, mais dans les années 70, un gamin de douze ans ne pouvait pas compter comme aujourd’hui sur quelques dizaines d’euros par mois au bas mot. En bons vieux francs, ça devait tourner autour de 5 francs par mois, ce qui revient à moins d’un euro (pour les lecteurs les plus jeunes). Heureusement qu’en argent constant, on en avait plus pour cinq francs de l’époque qu’avec 80 centimes d’aujourd’hui ! Un numéro de Strange coûtait 4 francs, par exemple. Bref, pour obtenir ces fameuses figurines, il fallait être rusé ou avoir la chance d’avoir un anniversaire qui tombait au bon moment. Et j’étais rusé.
C’est dans la vitrine d’une petite droguerie-quincaillerie, vers mai ou juin 1978, que j’ai vu ma première figurine. Ce magasin se trouvait judicieusement placé non loin de l’agence bancaire où se rendaient régulièrement mes parents, dans le village voisin du mien. Et ce quincaillier avait eu la non moins judicieuse idée de commander ces figurines. C’était donc une princesse Leia, dans son blister à dominante bleue, qui trônait dans la petite vitrine à côté de la porte d’entrée. Elle ressemblait à ça :

Image

Il faut préciser qu’à l’époque, on n’avait pas du tout l’habitude de ce genre de jouets ; de petites figurines articulées reproduisant les personnages d’un film, c’était complètement nouveau. C’était encore la préhistoire des produits dérivés, et les parents avaient beaucoup de mal à comprendre l’intérêt qu’on avait pour ces jouets assez étranges.
Après force pleurs, supplications, requêtes et calculs du contenu de la tirelire, j’ai acquis ainsi ma première figurine Star Wars. Elle était belle, cette princesse. Elle avait un visage si doux, d’une douceur incroyable malgré sa petite taille. Les figurines modernes ont eu bien du mal à égaler ce visage-là ! Un joli sourire à la Mona Lisa, de petites mains roses qui tenaient délicatement (et d’ailleurs aussi très difficilement) un non moins petit pistolet laser que j’ai d’ailleurs très vite perdu, et une cape en vinyle blanc, qui sentait bon le plastique neuf, comme le film qu’on utilisait pour recouvrir les livres scolaires. C’était un beau jouet, du moins dans l’esprit du jeune fan que j’étais.

ImageJ’avais également gardé soigneusement le carton de la figurine, il était tout aussi joli et attrayant. Estampillé “Meccano – chaque jouet une découverte”, il présentait de manière fort alléchante les douze premières figurines (dessinées, SVP ! On était loin des figurines en rangs d'oignons des blister tri-logo !), ainsi que les premiers jouets de l’époque : le landspeeder, le TIE fighter et le X-Wing. Les figurines y étaient également décrites par de petits textes assez marrants: “Princesse Leia avec sa cape qui peut se retirer et son pistolaser”. On lisait aussi “D2-R2 avec des jambes articulées et la tête qui fait Clic” ! Il y avait aussi un diorama qu'on pouvait obtenir en renvoyant les coupons réponse découpés en haut des cartes. Personnellement, je n'ai jamais renvoyé ces coupons, j'avoue ne pas même y avoir songé. Ces grands blisters ont vite disparu, ils n'ont été vendus que courant 1978, et ils ont été remplacés l'année suivante par les blisters carrés nettement moins jolis, mais plus répandus, qui auront la vie dure jusqu'à l'époque du Retour du Jedi, où réapparaîtront les grands blister à l'américaine.
Image

Aujourd’hui, je ne possède plus aucun de ces blisters; le sens du “rangement” des parents étant nettement différent de celui des gamins, ces cartons sont vite passés par la case poubelle.
La quincaillerie de Pompey devint donc mon fournisseur attitré de “personnages de la Guerre des Étoiles”. Mes parents ont très vite compris pourquoi je voulais systématiquement les accompagner quand ils allaient à la banque et pourquoi je me lamentais régulièrement sur la dureté des finances d’un gamin de 12 ans. Une figurine devait représenter grosso modo quatre mois d’argent de poche, dons divers de la famille et des grands-parents inclus. D’autres figurines ont suivi, bien entendu, la seconde étant R2-D2, la troisième Chewbacca (appelé Chicktabba sur le blister), etc. Mais c’est une autre histoire. Une chose est sûre : plus jamais dans ma vie de collectionneur je n’ai à nouveau vécu ce frisson particulier de voir cette première figurine en vitrine et l’acheter. C’était comme posséder un véritable trésor, et j’aurais été prêt à échanger la plupart de mes autres jouets contre ces figurines.

Image

Aujourd’hui, trente trois ans après, tout cela peut faire sourire, surtout nos jeunes fans collectionneurs qui n’hésitent pas à mettre des dizaines sinon des centaines d’euros dans des jouets de collection ou des statuettes. Ricanez, les copains ! Mais moi, cette figurine, je la possède toujours, elle a perdu un peu de sa couleur d’origine, je l'accorde, le plastique a tendance à devenir poisseux avec l’âge, sa cape d’époque a disparu depuis longtemps, remplacée par une autre faite maison, mais elle est toujours là, elle a toujours son doux regard, son sourire et ses petites mains, et aucune autre figurine ne pourra la remplacer dans mon cœur de collectionneur.

 

Publié le 13/01/2012 @ 13:52  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Télé-junior n°3 - par Manu

Novembre 1977: TELEjunior n°3.

1977. “La Guerre des Etoiles” n'était sorti que depuis un peu plus d'un mois quand ce journal paraissait dans les kiosques. TELEjunior, c'était le journal des fans de la télé, plein de BD pas toujours réussies mettant en scène dans le même magazine Spiderman (des BD décalquées tant bien que mal dans les pages de Strange et modifiées pour les jeunes esprits), Momo et Ursule, “Chapeau Melon et Bottes de Cuir” (affligeant, tant en terme de dessin que d'histoire, mais bon...) Scoubidou, et plein d'autres héros aujoud'hui un peu oubliés. Format magazine, couverture flachi, TELEjunior présentait en ce mois de novembre 1977 “La Guerre des Etoiles” avec une couverture vaguement inspirée de celle du premier numéro du comic américain.

tele junior 3

Là où ça devient intéressant, c'est à l'intérieur. D'abord un superbe article de 5 pages avec des photos pleine page tirées du film, et signé Michel Drucker, s'il vous plait. Le bon Michel s'extasiait de ce nouveau film qui faisait fureur aux USA: (je cite) “STAR WAR” (sic!) fruit du travail d'un jeune cinéaste de 29 ans, George Lucas. Les robots s'appellent Zed Sispéo et Dédeu Hairdeu, noté aussi en matricule R2 T2 (l'erreur est d'origine !) et 3 Pio. L'article évoque aussi “les hommes-lézards, méchantes momies aux yeux rouges dont la tête se hérisse de tuyaux” (avons-nous vu le même film ? Ou s'agit-il des hommes des sables ?) L'article annonce en outre la prochaine mise en vente des jouets Star Wars dont “Zed Sispéo - plaqué or” !

telejunior 3

Bon, avouons que pour l'époque, et dans l'ambiance de l'époque, cet article était le bienvenu pour lancer la starwarsmania en France. Beaucoup de gamins lisaient TELEjunior, et ce journal serait dans les numéros suivants un grand pourvoyeur de publicités pour les premiers jouets Meccano, version française des figurines Kenner de l'époque. Personnellement, à cette période, je ne lisais pas ce magazine, j'étais plutôt “Journal de Mickey”. Mais la couverture parlant de “La Guerre des Etoiles” ne l'a fait acheter, j'avais déjà vu le film, quelques temps avant et j'en était encore tout retourné. Mais il y avait plus dans ce journal que l'article de Drucker: entre une BD pub de chez Mattel et une histoire de “Momo et Ursule”. Un encart format réduit, en noir et blanc, agrafé au milieu du magazine et présentant le premier numéro du "comic" Star Wars, soit 16 pages, dans la version parue chez Lug quelques temps auparavant, reprenant la traduction et le lettrage de la version album.

tele junior 3

Cet encart n'exista que trois ou quatre fois, puis la BD intégra les pages normales du magazine, en plus petit nombre (impossible de publier 16 pages d'un coup dans un mag de 86 pages !) et coloriés à la n'importe quoi. Presque tous les fans connaissent cette BD aujourd'hui, elle est reparue sous la forme de revue chez Atlas l'an dernier et à connu un certain succès. Mais à l'époque, c'était précieux ! Et moins cher que le luxueux album Lug. Il me semble bien que ce magazine fut la première pierre de ma collection Star Wars, avant même l'album Lug que j'ai finalement acheté courant 1978. J'avais découpé les pages de l'article que j'ai conservé dans un classeur, et enlevé l'encart pour le ranger en lieu sûr. Le reste du magazine ne m'intéressait absolument pas. Trouver ce magazine est assez facile aujourd'hui, mais le trouver en état avec son encart est plus difficile. Cette pièce de collection se négocie entre 19 et 35 euros suivant l'état.

Publié le 12/01/2012 @ 19:45  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Rubriques

Nos années Star Wars



Archives

06-2018 Juillet 2018 08-2018
L M M J V S D
      01
02030405060708
09101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Derniers billets


 
W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^